Domaines de pratique
 
 
La consultation psychologique
 
La consultation psychologique a pour but de comprendre et d'évaluer le développement, le fonctionnement mental et les relations de l'individu avec son environnement.
 
Le psychologue dispose de divers moyens d'investigation (entretien, observation, dessin, jeu) ainsi que d'instruments spécifiques (tests psychologiques, questionnaires) qu'il choisit en fonction du contexte présenté.
 
Parmi les divers objectifs de la consultation psychologique, on peut mentionner principalement l'appréciation de l'utilité d'un traitement et du type de prise en charge à proposer, le conseil dans l'orientation scolaire et professionnelle ou encore l'évaluation de troubles mentaux liés à un dysfonctionnement cérébral.
 
 
L'examen psychologique
 
L'examen ou bilan psychologique a pour but d'apporter des réponses aux diverses questions qui concernent le fonctionnement psychique. Le psychologue s'attachera à dégager les caractéristiques individuelles ainsi que les relations interindividuelles de la personne en examen. En fonction du problème posé, l'examen psychologique portera plus précisément sur un des volets suivants :
 
  • l'évaluation de la problématique intrapsychique et du développement psychoaffectif (en analysant notamment le type de conflits auxquels la personne est sensible, la nature de l'angoisse qu'elle est sujette à ressentir, le type de relation qu'elle tend à instaurer avec l'entourage);
  • la mesure de l'efficience intellectuelle (globale ou certaines aptitudes telles que la mémoire, la concentration, le raisonnement logique ou autres) ainsi que la manière dont ce potentiel est utilisé ;
  • la mise en évidence d'un profil de personnalité, en relation par exemple à des spécificités professionnelles.
 
 
La psychologie en milieu scolaire
 
La psychologie en milieu scolaire s'adresse à des enfants, à des adolescents et à leur famille. Elle s'occupe des difficultés liées au fonctionnement psychologique des individus ou des groupes qui empêchent l'enfant de développer harmonieusement tous les aspects de son intelligence et de sa personnalité.
 
Le travail du psychologue scolaire comporte généralement plusieurs aspects :
 
  • l'évaluation, destinée à la compréhension des facteurs en jeu, peut comprendre un examen clinique, ainsi qu'une évaluation de facteurs familiaux, sociaux, de groupe, etc.
  • la prise en charge a pour but de rétablir le processus de développement et d'en assurer la continuité. Elle peut être envisagée sous la forme d'entretiens individuels et familiaux, de réflexions sur l'éducation, de travail avec des groupes, de psychothérapie, etc.
 
Afin de mieux évaluer la problématique de l'enfant, la collaboration avec les autres professionnels de l'école (enseignants, logopédistes, psychomotriciennes, infirmières, médecins...) peut s'avérer indispensable. Parfois, le domaine du psychologue s'insère dans celui de tout un réseau d'intervenants extérieurs à l'école (assistants sociaux, éducateurs, spécialistes privés...).
 
 
La psychopédagogie
 
La psychopédagogie est l'application à la situation et aux processus d'enseignement des connaissances, des méthodes ou des regards de la psychologie. La finalité de la pédagogie étant l'apprentissage, le psychopédagogue doit en connaître les principes et les traduire en terme de réalité scolaire. De même, il doit appréhender le sujet apprenant sous ses divers aspects (mental, affectif, émotionnel, relationnel, culturel et social) pour l'aider face à ce processus. Enfin, le psychopédagogue va intervenir auprès de tous les acteurs du milieu scolaire pour faciliter les échanges ou établir les relations nécessaires au bon fonctionnement de l'Institution.
 
 
La psychologie en orientation scolaire et professionnelle
 
La psychologie en orientation scolaire et professionnelle a pour but d'aider la personne qui consulte à créer un lien entre ses différentes acquisitions (ses savoirs et ses connaissances) et ce qu'il peut réaliser dans son avenir (les professions et les emplois).
 
Elle contribue à mettre en accord le projet de la personne, avec ses capacités, ses potentialités, ses aspirations, ses valeurs et ses intérêts.
 
Il est essentiel que la personne en situation de choix ou de réorganisation de son orientation comprenne les différentes phases qui déterminent le processus et découvre quelles sont ses motivations. Les entretiens, les réponses aux tests psychologiques spécifiques et aux questionnaires vont alors permettre de faire un bilan et de proposer des stratégies visant à la réalisation de l'orientation.
 
 
La psychologie en milieu universitaire
 
Le psychologue travaillant en milieu universitaire mène principalement trois types d'activités :
 
  • l'enseignement (premiers, deuxième et troisième cycles d'étude, ainsi que formation continue);
  • la recherche (thèses de doctorat, publications, direction de projets de recherche ou de travaux d'étudiants ou de doctorants);
  • le travail administratif dans l'université ou dans diverses commissions externes concernant, par exemple, la politique de formation ou la profession de psychologue.
 
On relèvera par ailleurs que plusieurs psychologues dépendant de l'université ont des activités cliniques, que ce soit dans le cadre universitaire ou à l'extérieur. En outre, le psychologue travaillant en milieu universitaire répond souvent à des demandes émanant des milieux professionnels (champs éducatifs ou socio-sanitaires en particulier), et ceci sous forme de conférences, cours de formation continue, supervisions, animations de groupe, recherches, etc.
 
Finalement, certaines universités engagent des psychologues pour le conseil et l'orientation des étudiants ou la consultation psychologique.
 
 
La neuropsychologie
 
La neuropsychologie est un domaine des neurosciences. Elle étudie les relations entre le système nerveux central, le fonctionnement mental et le comportement. Ses champs d'étude comprennent la recherche scientifique sur les relations entre le cerveau et le comportement, le diagnostic clinique et la thérapie des troubles neuropsychologiques.
 
Le diagnostic comprend un inventaire des perturbations cognitives (attention, perception, mémoire, langage, pensée, planification de l'action, etc.), ainsi qu'une estimation des troubles affectifs (changement de personnalité, réaction psychique face à la maladie ou à l'accident). Les moyens d'investigation sont basés sur des entretiens et des tests psychométriques.
 
Les neuropsychologues examinent et traitent des patients de tous âges. Les lésions cérébrales peuvent avoir différentes causes : elle peuvent être présentes dès la naissance, mais dans la majorité des cas elle sont acquises suites à une maladie ou un accident.
 
 
La psychologie du travail
 
L'application de la psychologie au monde du travail et des organisations est née vers 1925 déjà. Si cette discipline avait initialement pour objectif de permettre un maximum de rentabilité en utilisant en particulier des méthodes psychotechniques (rationalisation des mouvements et des postures, calcul des temps, etc.), le domaine de la psychologie du travail a considérablement évolué.
 
Aujourd'hui, la psychologie du travail occupe un champ très vaste et varié et ses préoccupations sont multiples. Le praticien, qui occupe un statut interne ou externe à l'entreprise, s'occupe tout aussi bien de l'individu (profils de personnalité, bilans, orientation, conseils), que de la gestion des ressources humaines dans une entreprise (sélection, évaluations, gestion de carrière, formation, style de management, qualité de vie au travail) et du climat de l'entreprise (communication, conflits, culture d'entreprise, leadership, innovations, sécurité) ou d'analyse institutionnelle.
 
 
La psychologie du sport
 
La psychologie du sport étudie le comportement et la vie relationnelle de l'être humain qui exerce une activité physique et sportive, que ce soit à l'école, dans le sport de haut niveau, pendant ses loisirs ou encore dans la pratique réhabilitative. La psychologie du sport s'articule autour de plusieurs axes :
 
  • la recherche sur les expériences corporelles, émotionnelles, motivationnelles, cognitives et comportementales ;
  • l'enseignement aux sportifs, entraîneurs, formateurs et dirigeants et de l'intervention, comme la gestion des facteurs cognitivo-émotionnels dans la performance.
 
La psychologie de la santé
 
La psychologie de la santé a pour but d'éclaircir théoriquement et empiriquement les conditions de la promotion et du maintien de la santé. Elle développe des méthodes de prévention primaire et secondaire, elle en établit l'efficacité et applique systématiquement ces méthodes d'intervention. La psychologie de la santé s'efforce de dévoiler les origines comportementales des facteurs de risque et de renforcer les personnes-cibles par des interventions préventives afin de modifier leurs habitudes de santé.
 
Les psychologues oeuvrent dans des institutions de la santé publique fédérales ou cantonales, dans les centres hospitaliers en rééducation ou comme conseillers dans le but d'assister les individus qui veulent retrouver des formes de vie plus saine. Elles ou ils sont actifs dans la recherche pour déterminer les tenants et aboutissants des liens entre les conditions psychiques et la santé. Finalement, ces psychologues s'emploient à évaluer des programmes de santé afin de prouver leurs effets et de les optimiser.
 
 
La psychologie de la circulation
 
La psychologie de la circulation vise à analyser et à modifier les comportements dans la circulation. Les efforts sont centrés sur la circulation routière, en particulier sur les rapports entre les composantes route - environnement - conducteur - autres usagers de la route - règles - véhicules en vue d'accroître la sécurité, la mobilité, la qualité de la vie et la protection de l'environnement. La psychologie de la circulation s'occupe de plusieurs domaines:
 
  • la sélection des conducteurs a pour but d'apprécier la capacité de conduire, c'est-à-dire de déterminer si le conducteur est capable de circuler avec un véhicule sur une route publique en observant les règles et en respectant les partenaires (interaction); pour cela, divers critères sont pris en compte: personnalité, capacités psychophysiques et psychomotrices, perception, assimilation des informations, permettant ainsi d'analyser les influences qui modifient le comportement (alcool, médicaments, fatigue, habitudes alimentaires, drogues, etc.) ;
  • l'ergonomie, quant à elle, a pour but d'adapter la route et le véhicule aux besoins des utilisateurs (conducteurs, piétons, etc.), en vertu du principe qu'un système adéquat permet d'éviter des charges et dangers inutiles erreurs) ;
  • l'éducation routière (enfants), la formation (jeunes conducteurs), le perfectionnement, les cours pour délinquants et l'influence des attitudes (information) sont basées sur les connaissances des systèmes de circulation et des comportements.
 
La psychologie légale
 
La complexité des phénomènes de société dicte la nécessité de faire appel à des spécialistes à même d'établir des liens entre la compréhension des problèmes humains et les contraintes du système légal. Ces spécialistes possèdent des connaissances approfondies des influences réciproques du comportement et de la trame des règles juridiques au sens large qui régulent le champ social.
 
Le/la psychologue légal(e) s'intéresse à de nombreux phénomènes sociaux tels que :
 
  • le comportement déviant des adultes et des mineurs
  • la violence comme expression de troubles psychologiques et de comportements criminels
  • la dangerosité et sa prédiction
  • les mesures et les exécutions de peine
  • la maltraitance physique, sexuelle et psychologique des adultes et des mineurs
  • la crédibilité de victimes et de témoins
  • les situations de divorce (droit de visite, autorité parentale, entretien de relations personnelles, etc.) et d'adoption
  • la capacité de discernement, la jouissance individuelle de droits civils et leur suspension légale
  • l'expertise judiciaire, l'examen psychologique et/ou le traitement portant sur toutes les populations en contact avec le monde de la justice
  • les méthodes de gestion des institutions policières, de l'appareil judiciaire et des lieux d'incarcération
 
Les psychologues légaux exercent des activités professionnelles diverses, dont :
 
  • activités en tant qu'expert au service de la justice menant des missions d'expertise sur des adultes et des mineurs à la demande des instances judiciaires. Parmi celles-ci relevons les expertises civiles concernant la tutelle et la curatelle, l'attribution de l'autorité parentale et des modalités des relations entre parents et enfants en cas de séparation et de divorce; et les expertises pénales concernant le degré de responsabilité des auteurs d'infractions, la prédiction de la dangerosité, la crédibilité de victimes et de témoins, d'éventuels dysfonctionnements intellectuels, psychopathologiques et neuropsychologiques, et l'élaboration de prises en charge thérapeutiques sous contrôle judiciaire ;
  • activités en tant que thérapeute travaillant en institution ou en privé effectuant des prises en charges psychothérapeutiques d'adultes et de mineurs placés sous contrôle judiciaire, établissant sur demande de l'autorité judiciaire des rapports sur le déroulement du traitement ;
  • activités de conseil au sein d'une pluralité d'institutions en lien avec le monde carcéral, l'application des peines et mesures, la protection de l'enfance et de la jeunesse, etc., ainsi que dans le cadre de programmes de prévention et de l'étude de nouvelles dispositions législatives ;
  • activités d'enseignement pour la formation continue des psychologues, des assistants sociaux, des médecins, des professionnels travaillant dans le monde carcéral ou de la supervision de mesures pénales, des avocats, juges, ainsi que pour leur formation continue ;
  • activités de chercheurs dans des projets de recherche suisses et internationaux.
© AVP 2009 -2017 - Réalisation Blackmouse