02 décembre 2021

SENSIBILISATION À LA CLINIQUE DE L'EXIL

Les institutions du travail social, du soin ou de la protection de l'enfance sont aujourd'hui largement confrontées à l'accueil de populations en situation de migration ou d'exil. Qu'il s'agisse de mineurs non accompagnés, de personnes isolées ou de familles, la rencontre avec ces publics et leurs problématiques spécifiques interroge les pratiques professionnelles. Ces derniers peuvent se retrouver face à l'expression d'une souffrance psychique et sociale en lien avec une vulnérabilité liée aux parcours d'exil. La compréhension de ces phénomènes nécessite certains éclairages, a fortiori dans un contexte de transformation de la « commande sociale », avec des moyens d'accueil et d'accompagnement souvent mis à mal. D'autre part, il s'agit aussi d'une rencontre avec « l'étrangeté » de l'autre et des questions interculturelles que cela sous-tend : la « barrière » de la langue, la différence entre les représentations de chacun des acteurs en présence sont parfois source d'incompréhensions et peuvent mettre à mal l'accompagnement.
Dans ce contexte, la clinique de l'exil constitue un cadre de réflexion pour échanger entre professionnels à partir des questions qui se posent lorsque les missions d'accueil, d'accompagnement, de soins, se destinent aux personnes vivant ou ayant vécu l'expérience de l'exil et sont porteuses de références culturelles qui diffèrent de celles des institutions. Ce cadre permet de penser les processus culturellement codés d'humanisation, les remaniements psychiques provoqués par l'expérience migratoire, la reconnaissance des complexités et des appuis de la transmission familiale dans ces contextes nouveaux et l'analyse de ce que peut produire la rencontre interculturelle en situation professionnelle. Grâce aux apports théoriques et cliniques issus de différents courants de pensée qui associent la clinique psychodynamique et les sciences humaines (psychanalyse, anthropologie, sociologie, psychologie interculturelle, clinique transculturelle), nous pourrons penser l'universalité du fonctionnement psychique tout en considérant avec autant de soin les représentations culturelles qui animent la pensée des usagers et des professionnels.
Cette formation vise à dégager des repères et des pistes de travail en voyageant autant dans les pays d'où viennent ces publics qu'à l'intérieur des institutions d'accueil, questionnant les constructions culturelles qui peuvent être les leurs et celles qui traversent nos institutions, s'intéressant aux problématiques psychiques et sociales dont les personnes en migration peuvent souffrir et aux conséquences de celles-ci sur la relation d'aide proposée par le ou la professionnel·le.

Pour en savoir plus


<< Retour