11 septembre 2019
Psychothérapie dans la LAMal : point de la situation

Plusieurs d’entre vous nous ont déjà écrit pour témoigner combien l’article paru le 9 septembre dans le 24heures et la Tribune de Genève a scandalisé : dénigrement de notre profession et de nos compétences acquises suite à une formation postuniversitaire de cinq années, déni de professions médicales (non psychiatres, à savoir les pédiatres, généralistes, gynécologues) ou paramédicales (infirmières, sages-femmes, radiologues ; cf. prise de position du GPPV, publiée sur le blog de la SVM), désinformation, et bien plus encore. Nous partageons les mêmes sentiments ! En réalité, nous étions déjà au courant de la position du GPPV et préparions un argumentaire point par point ; toutefois, nous avons été choqués de voir une telle position publiée dans la presse de manière si partiale, car ne reflétant aucun avis divergent. Une réponse de l’AVP par voie de presse se prépare actuellement de concert avec la FSP et nos associations partenaires de patient∙e∙s, comme la CORAASP et le GRAAP, ainsi qu’avec plusieurs politiciens en prise directe avec le gouvernement vaudois. Nous constatons déjà que de nombreux∙ses membres du GPPV n’adhérent pas à cette position, et que leurs voix – explicites - n’ont pas été entendues. 


Il est temps de mettre un stop net à des propos délétères afin que nos autorités et nos politiques, mais surtout nos patient∙e∙s, retiennent ce que le modèle de prescription apporte en accès aux soins et en qualité ! Nous vous tiendrons informé∙e∙s des dernières évolutions par une newsletter spéciale.


Pour l’heure, la consultation du Conseil fédéral sur le projet de modification du modèle de remboursement de la psychothérapie pratiquée par des psychologues est toujours en cours, jusqu’au 17 octobre. 

La FSP a organisé une vaste enquête auprès de ses membres à ce sujet. L'AVP et le GIRT ont également travaillé intensément ces dernières semaines afin de faire valoir nos positions auprès de la FSP. 

Nous sommes en contact avec tant des politicien∙ne∙s des partis politiques qu’avec le gouvernement vaudois, à qui nous avons transmis notre position en vue de leur soutien auprès du Conseil fédéral. Nos associations partenaires de patient∙e∙s, la CORAASP et le GRAAP, avaient soutenu l’AVP lors de la récolte des signatures pour la pétition et adhérent aussi à notre position. 

Plusieurs de nos points ont été intégrés dans la prise de position de la FSP, publiée hier. Nous l’examinons actuellement afin de l’adapter à nos spécificités cantonales. 

Là aussi, nous vous tiendrons informé∙e∙s des futurs développements lors d’une newsletter spéciale.